Un écho numérique aux albums-échos

Voiciphilippe-boisseau-les-albums-echos-ps-ms-gs-1dvd-livre-893959924_ML une (modeste) réflexion autour du dispositif imaginé et mis en place par Philippe Boisseau (on le lira aux éditions Retz).

Ce dispositif vise à améliorer les compétences orales des élèves, quel que soit leur niveau.
Le principe en quelques mots :

 

IMG_1545

– L’enseignant observe et écoute ses élèves le temps du premier trimestre. Il / elle identifie finement les élèves les plus en besoin au niveau de la langue orale.
Certes, chacun pourra progresser selon son niveau avec ce dispositif (c’est sa force), mais l’enseignant pourra commencer à mettre en place le dispositif pour les élèves les plus en difficulté langagière.
– L’enseignant prend des photos et les donne à voir, à manipuler, à parler : un choix adapté à chacun des élèves concernés.
emvillele
– L’enseignant / l’élève choisira les photos les plus « déclencheuses » de parole.
– L’élève s’exprime avec le support visuel de photos prises lors d’un moment d’activité : ce support sera d’autant plus motivant à parler que ces activités lui « parlent », le touchent (cuisine, motricité, jeux d’eau, arts visuels …).
L’enseignant « capture », précisément, ce premier oral, imparfait donc, à améliorer. Il le note, l’écrit, fidèlement.
– Puis, hors la classe, il / elle prend le temps de trouver le feedback (la « reformulation ») le plus en accord avec ce premier jet de l’élève, juste au-dessus de ses capacités (zone proximale de développement), c’est ce feedback qui lui permettra de progresser. C’est sur cette proposition de l’adulte que l’élève travaillera.
L’adulte pense cet oral selon les compétences visées (pronoms, syntaxe, temps des verbes, vocabulaire …), au plus près des besoins.
L’enseignant créé l’album-écho : pour chaque page, il/elle colle le texte en face de la photo imprimée qui lui correspond ; il / elle réalise l’album avec toutes les images sélectionnées (6 à 8 en petite section), les assemble, les plastifie. YYBC5iRe29rsUf8TCtuDiuZjOnU
– L’élève a accès à cet album-écho à tout moment, il travaille en relation duelle avec l’enseignant, ou en petit groupe de besoin, ou avec ses pairs ou bien seul. Il feuillette et s’entraîne à dire son album comme l’enseignant le lui suggère par son feedback : l’enfant raconte.
– Quand il est prêt, l’élève présente oralement son album-écho : quand il est assuré de réussir, il raconte au petit groupe ou à la classe entière.
– On peut également créer des albums échos de 3ème personne, qui permettront aux élèves de raconter la vie de la classe, ce que font les autres. On variera alors les pronoms, les anaphores, les temps etc …

Je travaillais ainsi : avec imprimante, papier, cahier, stylo, traitement de texte, plastique adhésif … à l’ancienne quoi !
Un travail coûteux mais payant ! 🙂
Les progrès à l’oral sont fabuleux, on mesure directement une meilleure aisance à l’oral, même pour les élèves les plus mutiques.

L’idée de transposer ce dispositif à mon travail avec les tablettes a jailli un matin … Economie de papier, d’encre … et surtout de temps !

Voici où en est ma réflexion et ce que je projette de faire :

IMG_1563

Voici les avantages que j’ai relevés à cette « transposition », à cette mutation rendue possible grâce à l’outil numérique, facilitée (je pense) par cette (nouvelle) technologie. IMG_1548 Ces albums écho seraient disponibles dans notre bibliothèque numérique (iBooks) puis stockés dans Evernote (gratuit ou Premium)chaque élève disposant d’un carnet à son nom.
mzl.zdprbjoo Capture d’écran 2013-07-28 à 11.18.01
L’élève aurait accès à son album en cours dans iBooks et à d’anciens albums en ouvrant son tiroir carnet dans Evernote.
Evernote, ce serait notre étagère numérique, mon rangement multi-tiroirs, mon classement = ce serait un portfolio numérique bien organisé (facilement) et également (ce n’est pas le moindre des avantages) un moyen de partager avec les familles en leur faisant parvenir un simple lien par email afin de lire / entendre et consulter le livre / album-écho de leur enfant.
Les parents accèdent via l’interface web, sans abonnement, gratuitement, ou sur iPad également (mais pas obligatoirement).
Quelques images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Capture d’écran 2013-04-28 à 07.28.05 Application choisie pour créer les albums-écho : BookCreator 4,49€ IMG_1555 IMG_1559
L’oral de l’enfant côtoie l’oral de l’adulte et le texte écrit du feedback proposé par l’enseignant (il serait intéressant de pouvoir distinguer les couleurs des boutons-son enfant / adulte : une mise à jour demandée au développeur ! à suivre !)
Je trouvais important que l’enfant puisse se réentendre à loisir et ainsi comparer les productions orales.
Un 3ème bouton apparaîtra quand l’élève saura mieux raconter son album-écho, il s’enregistrera et mesurera alors concrètement ses progrès.
Ses parents mesureront également ses progrès, même hors la classe.

Cet album-écho est exporté directement depuis BookCreator vers iBooks pour être travaillé au quotidien par l’élève concerné puis vers Evernote pour un stockage accessible à tout moment (hors connexion aussi) : IMG_1556 IMG_1560
depuis Bookcreator depuis Evernote
des aller – retour permanents entre ces trois applications, au fil des besoins … et surtout adaptés aux besoins !

IMG_1557 IMG_1558
L’album-écho sera rangé dans le carnet de l’élève concerné, qui aura appris à lire son prénom en capitales et le retrouvera simplement, même à 3 ans.

IMG_1554 et partagé au besoin (très) facilement avec chaque parent, personnellement, dès lors que l’enseignant sera connecté.

IMG_1561
Bonus : en ajoutant au carnet la simple étiquette « publié », ce livre sera partagé sur notre blog de classe PetitsDoigtsDorsel (site en travaux chez postach.io) … (vous pourrez aussi le partager sur Twitter en ajoutant l’étiquette twitter !) (attention aux autorisations)

Selon le poids de ces albums j’aurai besoin, oui (et à ce moment seulement) (à cette seule restriction près, liée à la taille des livres créés) d’un abonnement Premium à Evernote, 40€ mensuels pour un an.
Belle nouvelle : grâce à François Lamoureux, notre ambassadeur (préféré !) Evernote, je passe dès aujourd’hui en mode Premium.
Je le remercie ici vivement et toute l’équipe qui le lui permet !

Je le mettrai en place à la rentrée prochaine avec une classe de petite section (3 ans et pas encore 3 ans !) dont je ne sais pas encore grand chose si ce n’est une liste de noms et de dates de naissance sur une feuille. 😉 A suivre !

Et l’évaluation dans tout ça ? !! … À suivre les grilles d’observation (merci Anne @anne_andrist !)
En attendant voici deux cartes mentales mémo et les grilles et progressions promises  :

20130728-151306.jpg

20130728-151348.jpg
NB : Capture d’écran 2013-07-30 à 15.52.48 J’ai réalisé mes cartes mentales avec SimpleMind +

Vous ai-je jamais dit combien la communauté des enseignants présents sur Twitter est riche et précieuse ? Vous le voyez dans ce billet avec François, Anne, Emmanuel, mais il y a aussi tous les autres …
Travailler avec eux (oui, oui, « avec« ) est un plaisir de chaque jour : c’est ma salle des maîtres virtuelle ! Un clin d’oeil à toutes celles et ceux que je ne cite pas dans ce billet mais qui m’aident, au jour le jour … (ils / elles se reconnaîtront, enseignant.e.s ou pas, ce sont des personnes précieuses !

Le journal d’expérimentation des iPads en classe, décembre

IMG_0098 C’est Noël ! Déjà 4 mois bien remplis avec les iPads en classe de petits-moyens.
L’outil est désormais intégré, désacralisé, « ordinaire« . Les enfants s’inscrivent seuls, avec le tableau à étiquettes-prénoms, ils surveillent avant si un iPad est libre (!!) et ils travaillent / jouent 2 par 2. L’attente est patiente, les échanges sont riches. « Montre-lui ce que tu sais« . Les élèves indiquent les applications choisies, racontent ce qu’ils apprennent avec telle ou telle !

P1200189

La dominante de ce mois de décembre, ce serait : « numérique et traditionnel cohabitent très bien ensemble« , l’un servant l’autre et inversement …
P1200192

Saison oblige, j’ai installé des applications liées au thème de Noël et nous avons créé du contenu qui a servi notre projet de livre-papier individuel (« Si j’étais le Père Noël … »).

  • Des applications spécifiques / thématiques, (dans ma chasse au gratuit, je surveille chaque jour les promotions, j’ai trouvé des applications enrubannées, enguirlandées et pailletées !)
    IMG_0390 Décorer son sapin, puzzles, jeu des différences, calendriers de l’avent, des chansons de Noël et surtout des histoires !! Une multitude d’occasions de s’amuser en apprenant, en restant dans le thème du moment :
    se repérer dans l’espace, dans le temps qui passe, comprendre une histoire lue, acquérir du vocabulaire, constituer des collections, numération …
    IMG_0425 IMG_0424
    Des « boîtes » que les élèves, curieux des nouveautés, ouvrent avec de plus en plus d’aisance. Ils sont familiers d’un contenu structuré … qui change souvent ! Ils (re)cherchent ce changement, surpris et joyeux de la découverte d’une nouvelle application !
    Screen Shot 2012-12-31 at 09.42.04 Screen Shot 2012-12-31 at 09.43.15 A noter : nous avons utilisé des histoires en anglais Night Before Christmas (1) et Night Before Christmas (2) travailler la lecture d’images, la compréhension / reconstitution / restitution de l’histoire à l’oral, en langage à partir des images « lues » / vues.
    L’enseignant peut détourner les  usages d’une app au service de ce qu’il vise comme objectif(s).
    Nous avons aussi comparé deux versions de ce même texte, illustrées de manières différentes : une séance de langage très riche, comme nous pouvons le faire par ailleurs en comparant des albums de jeunesse …
  • La musique : les élèves ont appris à se servir de l’application iTunes, j’ai synchronisé quelques chansons que nous avons apprises, ils les réécoutent en autonomie, pour mieux apprendre les paroles et pour le plaisir !
    Music-App-Icon  IMG_0426
    Il faut gérer le « bruit » dans la classe où soudain retentit « Petit papa Noël » dans une classe plongée dans ses travaux ! Ils savent presque tous baisser le son de l’iPad seuls, ils s’entraident.
    Un papa d’élève est venu accompagner la chorale avec son accordéon, nous avons re-découvert sur l’iPad cet instrument, le professeur de musique avait lui apporté sa guitare, instrument également découvert avec une application ! Sur l’iPad, l’enseignant a à sa disposition des ressources immenses … facilement accessibles et transportables (contrairement à l’accordéon !).
  • La numération : en aide personnalisée : deux fois par semaine, je travaille avec TOUS les élèves (moyenne section), par petits groupes de 3 ou 4.
    Là, ils ont chacun un iPad, ce qui n’empêche nullement les échanges, bien au contraire.
    J’ai choisi de centrer ces moments autour des applications de numération. J’ai ajouté 2 nouvelles applications : Screen Shot 2012-12-30 at 15.34.12 « Compte jusqu’à 10 »  P1210164
    et Screen Shot 2012-12-30 at 15.33.41« Count the animals », la version payante (gratuitement donc !) qui permet de « compter » jusqu’à 20. IMG_0430 J’ai pu mesurer, vraiment, les progrès de chacun, identifier précisément les difficultés aussi et je considère que l’iPad est une formidable ressource de remédiation aux difficultés rencontrées. Les iPads me permettent de réaliser une facile différenciation.
    L’élève s’entraîne, entend, se corrige et transfère à d’autres ateliers les compétences travaillées et acquises sur l’iPad.
    Ces applications (et celles du mois dernier) permettent de s’entraîner à : associer écriture chiffrée et quantité, connaître la comptine numérique, constituer de petites collections, dénombrer, associer geste et mot-nombre … tout en s’amusant avec des pingouins sur leur iceberg, la baleine aide à lire le chiffre, faire s’envoler des tortues, sortir des lapins du chapeau du magicien (etc) !
    Chacun raconte au groupe, de retour en classe, ce qu’il a fait avec telle application, comment il a fait. Ce sont des moments riches d’échange.
    Cette pratique sera facilitée (et magnifiée si je puis dire) par l’introduction du vidéo-projecteur relié à l’iPad le mois prochain. L’écran de la tablette sera encore plus visible par chacun, en regroupement.
  • Le père Noël a apporté à la classe le jeu en bois qui fonctionne avec l’application Screen Shot 2012-12-30 at 15.51.28 « 10 doigts » : une merveille ! P1210303 derrière chaque chiffres, il y a des capteurs qui permettent, quand le chiffre est appliqué sur l’écran de l’iPad, d’effectuer une correspondance terme à terme avec la quantité dessinée ! P1210381 (le 5 est en bois) l’enfant s’entraîne au choix, alternativement, avec ses propres doigts (propres !!) ou le chiffre en bois
  • S’entraîner à écrire / dessiner avec l’iPad (mais pas seulement …)
    IMG_0094 IMG_0094 2
  • Créer son livre papier à emporter chez soi qui raconte la comptine « si j’étais le père Noël … »
    P1210192
    – les enfants ont mémorisé la comptine, ils ont manipulé les étiquettes-images pour les remettre dans l’ordre chronologique, le texte ici :
    La petite boule blanche, la comptineP1210194
    – ils ont enregistré un livre-imagier dans Tapikeo HD pour asseoir la compréhension de celle-ci et la transmettre aux élèves plus fragiles en langage IMG_0408IMG_0410
    – ils ont créé un livre numérique avec BookCreator pour s’entraîner à insérer les images dans l’ordre de la comptine ET la raconterIMG_0404  IMG_0409
    Ici, le numérique est venu préparer / soutenir le travail de création du livre papier, l’ordre des pages, le vocabulaire. Ces étapes franchies, il ne restait plus qu’à coller, assembler, dessiner le livre à emporter chez soi pour Noël !
    P1210196P1210200Notre bibliothèque numérique grandit … grandit ! Nous gardons trace de chaque travail autour de la littérature … traditionnelle.
    Les deux sont complémentaires, indissociables.à suivre …

Exploiter une sortie scolaire au cinéma

En insérant diverses activités de classe, il s’agira de réaliser un eBook sonore collectif (avec BookCreator) et des vidéos personnelles pour raconter le film (avec Puppet Pals).

Mes objectifs =

  • Se souvenir : construire une mémoire commune de la vie de la classe
  • Langage oral : raconter des histoires vues au cinéma
  • Toucher du doigt l’animation de personnages en expérimentant soi-même ce que nous venons de voir à l’écran
  • Transmettre à des élèves éventuellement absents et aux parents d’élèves ce moment de classe

 

 

 

Lancement du projet : “Avec l’iPad, nous allons faire un livre à écouter qui racontera notre sortie au cinéma, ensuite vous allez faire chacun un mini-film, une petite vidéo, pour raconter Capelito.”

Préalables :
– Les enfants ont déjà réalisé / enregistré des livres numériques (livres travaillés en classe) avec BookCreator, c’est la 1ère fois qu’ils utiliseront PuppetPals

– Préparation : images à insérer dans l’application Photo de l’iPad

  • Le studio 28 : un cinéma à découvrir; intérieur, extérieur
  • La sortie elle-même, photographiée moment par moment (créer une mémoire du vécu de la classe), et construire les premiers repères d’une chronologie
  • Des images extraites du film (affiche, personnages, scènes) (dossier pédagogique Mon Premier Cinéma)
  • Les photos des élèves (utiliser la fonctionnalité “Faces” de iPhoto sur Mac pour créer facilement un album d’images pour chacun en situation de classe, au fil des jours depuis la rentrée) : ils pourront se mettre en scène (narrateur)
  • Préparer une page spéciale (la même sur les 4 iPads pour faciliter le repérage) réservée au projet :

 

 

 

 

 

L’enseignant prépare la maquette du livre dans l’application BookCreator :

et prépare les fonds dans PuppetPals

Ateliers autonomes (ou avec l’ASEM) : modelage, peinture, dessins, écriture
Ateliers sur iPad : écrire, tracer, dessiner, s’enregistrer (raconter la sortie, le film), créer sa propre saynète (s’enregistrer et faire bouger ses personnages).
Les élèves vont travailler en binômes sur les 3 iPads et les réalisations sont faites sur l’iPad-maîtresse qui centralise la production commune, dans un souci pratique et parce que les enfants découvrent l’application, ils pourront par la suite, lorsqu’ils seront plus familiers de son fonctionnement, réaliser de petites vidéos sur les iPads en autonomie. Les productions seront à ce moment déposées sur les 4 iPads de la classe.
Ils vont donc alterner activités plastiques et numériques liées dans un même projet de création.

Les objets numériques créés seront regardés en fin de séance et de journée et seront accessibles ensuite lors des moments d’atelier autonome sur les iPads. Ils seront également partagés avec les familles.

Pour en savoir plus sur ces deux applications :


 

  •             L’enfant choisit les personnages de sa saynète (jusqu’à 8) (ils peuvent être situés les uns par rapport aux autres, arrière / premier plan) : il suffit de choisir une photo existante dans la bibliothèque de l’iPad (c’est à ce moment que l’enfant va pouvoir insérer le personnage modelé et /ou son dessin réalisés sur l’iPad) ou prendre une photo sur le moment.
  •  Il va détourer du bout des doigts son personnageIl dessine autour un trait vert apparaît, le personnage découpé ainsi est prêt à être mis en scène (ce peut être l’enfant lui-même qui choisit sa propre photo pour se mettre en scène et signer ainsi sa vidéo)
  •  Il choisit ensuite son décor (jusqu’à 5 différents)
  •  Il appuie sur le bouton “enregistrer” et tout en racontant en continu ce qui se passe, il fait bouger du bout des doigts ses personnages, évoluant dans les différents décors choisis
  • Il les agrandit
  • Il les rétrécit
  • Il les fait entrer / sortir de scène, se déplacer au gré de son histoire
  • Il appuie sur le bouton “stop”, il réécoute alors en visualisant immédiatement ce qu’il vient d’animer, il peut recommencer, ou garder sa réalisation
  •  Il enregistre sa création dans l’application en la nommant (il écrit son prénom)
  •  La vidéo créée est exportable sans délai, dans l’application Photo de l’iPad, ou par email, ou bien encore sur YouTube (nécessite de s’enregistrer)

Cette application est gratuite, avec des personnages et des décors inclus, mais il faut acheter la version complète (2,69 €) pour pouvoir personnaliser ses créations, insérer ses propres photos, pour créer ses personnages et ses décors.

J’ai fait ça en cinq minutes (oui, ok … ça se voit !!) : Poule Rousse