Coup de foudre !

 

Cette découverte va nous faire gagner un temps précieux !
Soyons honnête, là pour gagner du temps, j’en perds un peu. Le temps de l’apprentissage.

 

 

  • Grâce à l’excellent Yann Houry et à la communauté de partage de Twitter (oui, encore), je viens de découvrir une pépite !
    Tout a commencé entre nous par cette vidéo, postée là comme ça, sans crier gare.

Immédiatement séduite, j’achète cette application ! Coup-de-foudre ! 💕
  Workflow (2,99€)
Impossible de la lâcher, les joies du début mais pas seulement.
J’entrevois tout ce que l’app va faire à ma place ! Bon courage 😉

  • Le principe, c’est de choisir des tâches et les enchaîner au bon moment.
    Merci Yann pour l’image : un peu comme une partition de musique que l’on est en train de composer.

J’ai commencé par vouloir automatiser une tâche bien chronophage des soirs de classe. (eh oui, après la classe, les enseignants travaillent encore …) : le travail sur les images de la journée.
Je prends des images pendant la journée de classe et le soir venu, il me faut les redimensionner (parce que sur l’iPad, je ne peux pas choisir la définition de mes photos) afin de les mettre en ligne sur le blog de classe.
Ce que j’ai réussi à faire avec Workflow va remplacer toutes ces étapes :
– trouver le (bon) câble usb
– brancher l’iPad à l’ordinateur
– attendre
– ouvrir iPhoto pour décharger les images de la journée
– attendre
– créer un dossier sur le bureau pour exporter ces images dans une taille plus raisonnable en vue de la publication en ligne
– supprimer les anciennes images, trop lourdes (les images que j’avais chargées depuis l’iPad) (ou l’iPhone)
– créer un nouveau dossier dans iPhoto
etc

Sans vouloir comme Yann chronométrer ces tâches, croyez-moi ça prend du temps !

Désormais, je vais tout simplement appuyer sur la petite flèche « lecture » pour lancer mon programme sur l’iPad, dans l’app Workflow. Hop !

Parce que oui, je programme ! (un peu comme monsieur Jourdain avec la prose, on va pas s’mentir !).
Le principe, c’est de déplacer des « blocs d’actions » (colonne de gauche) pour les ajouter, dans l’ordre, à un programme (colonne de droite).
L’iPad va enchaîner et exécuter les tâches que je lui aurai préparées : aller chercher les images que j’ai triées [et que j’ai pris le soin de déposer avant dans un nouvel album (que j’appelle « blog du jour »)], puis redimensionner ces images à la taille souhaitée et enfin les déposer là où je vais le décider.
Mais où donc !?
– dans une nouvelle note Evernote par exemple
 Evernote
ainsi, en connectant mon ordinateur, je retrouverai toutes mes images dans une seule note, synchronisée automatiquement
– ou alors, encore mieux, directement dans un nouvel article sur mon blog de classe !
 WordPress
Tout ça, sans avoir ouvert iPhoto, ni Evernote, ni WordPress ! 👍🏼

Enfin, j’ai trouvé quelqu’un qui bosse à ma place !
Comme j’aime bien pousser le bouchon un peu plus loin, je vais même demander à l’application d’aller chercher le texte que j’aurai écrit pour le blog de classe (une note spécifique dans Evernote) pour que dans mon billet il y ait des images ET du texte, et ce billet sera publié en brouillon, au-to-matiquement.

Mes images sont dans ma bibliothèque de médias WordPress, je n’aurai plus qu’à ouvrir le tableau de bord WordPress de mon blog sur mon ordinateur (c’est plus confortable que l’iPad en taille d’écran), rédiger mes articles et mettre en forme.
Ouf, on a encore besoin de moi ! 🙂

  • Oui, j’ai eu besoin d’aide pour débuter, mais la prise en main est intuitive et étape après étape (échec après échec), j’ai réussi à me faire gagner du temps par la suite.
    Merci à Yann Houry :

et merci beaucoup à Sam (@Samchatice) (un sacré « dé-codeur » !) et Christelle (@chrysv3) pour les coups d’pouce !
Les premiers usages que Christelle a mis en place pour se simplifier la vie :

  •  Ces programmes, vous allez pouvoir les partager avec d’autres utilisateurs (par mail, sur un cloud, sur les réseaux sociaux, sur la communauté Workflow etc)

    Mais aussi vous allez pouvoir utiliser (dans la « galerie » de l’app) des programmes imaginés par les autres utilisateurs.
    Pour démarrer, c’est pas mal d’utiliser le schéma créé par d’autres pour l’adapter à ses besoins (ça permet de comprendre le principe).
    Il faut quelques notions d’anglais pour s’y retrouver. Ce serait bien que le manuel soit traduit.

Voici mes premiers (modestes) essais :

1. Exporter mes images du jour vers Evernote :

(ci-dessus, capture d’écran iPad)
à voir sur la plateforme workflow.is

(ci-dessus, depuis mon navigateur internet)

2. Un peu plus complexe, créer un brouillon d’article sur WordPress, contenant images du jour et texte préparé :

Lien vers mon script Workflow

Je termine avec cette vidéo de Yann Houry :
« Pourquoi les enseignants devraient utiliser Workflow ? » (titre alléchant)

 

Alors ? Vous êtes tombés amoureux ?

C’est à vous de programmer la suite.

Atelier – intervention (ou l’inverse)

capture-decran-2016-12-11-a-13-31-57
J’ai le plaisir de co-animer un atelier de 3 heures au CANOPÉ 93 à Livry-Gargan, le mercredi 14 décembre 2016.
264px-petite_couronne-svg
Des collègues de TPS (toute-petite section de maternelle).
Dans le département de Seine-Saint-Denis, chaque TPS est dotée d’un iPad ! Wow !
Merci à tous les intervenants pour leur agréable participation.

Chers collègues, voici le contenu de mon intervention :
pour la télécharger sur l’iPad : format Keynote
sinon, en pdf (sans les vidéos, ni les animations) : ici
en format PowerPoint

img_4296

SAV 🙂
N’hésitez pas à revenir vers moi (blog ou mail) pour des précisions ou des questions lorsque vous aurez choisi de mettre en place certaines de ces pistes de travail dans vos classes.
Ne restez pas bloqué(e) seul(e).
Il n’y a pas de questions « idiotes », seulement des questions qui n’ont pas été posées.

Entrez (en douceur) dans l’écrit

Coup de cœur et coup de pouce à une start-up :
capture-decran-2016-11-04-a-19-21-42 Entrons dans l’écrit, Tom Pousse Interactive

L’application vise des compétences qui préparent à la lecture, très riches et complètes,  pour TOUS les élèves, mais qui sait AUSSI s’adapter aux élèves en difficulté ou avec troubles (notamment troubles spécifiques des apprentissages, Dys, autisme, etc.).
Il ne s’agit pas d’une application pour apprendre à lire mais bien pour se préparer à apprendre, et / ou remédier au besoin.
Cette philosophie est à l’origine de la création de cette application et elle est infiniment louable.
Une application universelle qui vise tous les élèves sans en oublier aucun sur le bord du chemin.
Il ne s’agit pas d’une app pour « ces élèves-là« , parce que tous les élèves iront vers les mêmes objectifs, chacun empruntera la voie qui lui conviendra pour les atteindre.

Réussir son entrée dans la découverte de l’écrit, dès la maternelle et jusque vers le CE1 si des difficultés persistent pour apprendre à lire.

  • Le parcours est progressif et tout-doux-tout-doux : illustrations, voix, consignes, absence de musique stressante agaçante perturbante, validation / erreur : tout est bien pensé pour favoriser les apprentissages.
    L’erreur n’est pas stigmatisée par un BOIIIINGGGG comme une faute, mais un rappel de la tâche à réaliser et un encouragement à poursuivre et à chercher.Chaque activité est scénarisée. Jamais niaise, jamais nunuche : j’aime !
    C’est chouette que les personnages choisis soient des animaux : pas d’identification, un accompagnement tout en douceur.
    J’aime bien Bruno l’ours brun (et gourmand) 😉
    img_3973

La navigation est très simple, elle n’est pas surchargée même si les contenus sont riches.
img_3959
4 univers à explorer pour travailler diverses compétences : village, colline, château et lac :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne peux pas ici détailler toutes les activités, voici le menu (alléchant !)
Une sorte de voyage qui incite à la découverte :
VILLAGE : support de l’écrit
– épicerie : faire la différence entre le dessin et l’écrit
– vélos : trouver de l’écrit dans une page
– manège : s’orienter dans le sens de la lecture

COLLINE : découvrir le fonctionnement du code écrit
– étendoir : reconnaître le mot le plus long
– fleurs : compter le nombre de mots dans une phrase
– cerfs-volants : distinguer des longueurs de phrases
– atelier : pointer le mot dans la phrase

CHÂTEAU : prendre conscience des réalités sonores de la langue
– donjon : reconnaître le nombre de syllabes dans un mot
– palais : localiser une syllabe dans un mot
– catapulte : repérer les syllabes identiques dans des mots
– puits : faire la différence entre des sons proches

LAC : identification des formes écrites
– camping : distinguer les lettres des autres signes
– glaces : distinguer les lettres majuscules des lettres minuscules
– plage : compter le nombre de phrases
– escalade : distinguer les mots des autres formes
– pêche : compter le nombre de mots dans une phrase
– surf : distinguer les suites de formes et les lettres
– cygnes : compter le nombre de lettres dans un mot
– pique-nique : repérer les syllabes identiques

Un exemple :
COLLINE : découvrir le fonctionnement du code écrit ; étendoir : reconnaître le mot le plus long
img_3970
Consigne : « touche l’image qui correspond au mot qui a le plus de lettres »
Chaque mot est lu et peut être entendu à nouveau. La consigne également.
Pour entrer dans l’écrit, l’élève aura à se distancer de l’image.
Il devra concentrer son attention sur ce qu’il entend / ou dit.
La correspondance oral / écrit  si importante à travailler dès la maternelle.
– L’encouragement si on se trompe : « ah non, je te rappelle qu’il faut … » [rappel de l’activité attendue]
– L’encouragement si on a réussi : « bravo tu as trouvé le mot qui a le plus de lettres »

L’élève peut ré-entendre les consignes autant que de besoin.
Les encouragements sont bienveillants.
Une main donne une indication, au bout de 3 bonnes réponses, elle disparaît, le temps que l’élève prenne confiance.

VILLAGE : support de l’écrit
– épicerie : faire la différence entre le dessin et l’écritimg_3964
La barre en-dessous de l’écran permet à l’élève de situer sa progression.
Il sait toujours où il en est et dans quel univers il entre (il se repère grâce au dessin du manège, du camping, de la plage etc.

  • L’élève aura besoin d’un accompagnement pour se diriger vers l’univers qui lui correspondra le mieux, un enseignant ou un parent.
    J’apprécie l’onglet « pourquoi cette activité ? » qui va guider l’accompagnant :
    Village, manège :
    img_3971

Il y a de NOMBREUX paramètres, selon les univers, pour finement s’adapter à chacun.
Bientôt des nouvelles concernant le suivi des élèves et la possibilité de créer des profils utilisateurs ! 🙂 👍🏼
Ça y est, mise à jour de cet article le 29/11/2016 : on peut désormais créer 3 profils utilisateurs. Super !
img_3967 img_3968 img_3969
supprimer les graphismes par exemple, pour éviter les distractions qui peuvent perturber certains élèves.

  • Une application bienveillante, qui prend en compte chacun, en permettant de personnaliser les réglages, en adaptant le parcours.

S’adresser vraiment à tous les élèves et permettre de prendre des voies différentes pour se rejoindre sur la réussite.

Le projet est soutenu par le ministère de l’Éducation nationale
img_3966
Cette application aidera de nombreux élèves, en classe ou en famille.

Non, ce n’est pas une « app-à-deux-balles« , elle n’a rien d’un gadget, et je persiste :
la qualité a un coût.
C’est presque le prix d’un livre, d’un manuel. Peut-être faut-il, au regard de la rémunération des éditeurs (marges de l’édition numérique, 40 % pour Apple etc), revoir nos standards sur le prix des applications.
Encore faut-il que les enseignants aient le budget pour accéder à des applications de qualité ! :-/

Pour en savoir plus : Tom Pousse Interactive
Bravo à vous : c’est du bel ouvrage ! 👏🏼